Cet article, plublié en Janvier 2010 nous a été aimablement prêté par la revue équestre en ligne :
http://Cheval-Savoir.com

 

le Dr Cindy Reynolds Ph.D
chercheur en biochimie de l’Université de Washington
Traduit de l’américain par Laetitia Bataille
Photos : collection J.P.Giacomini

Jean-Philippe Giacomini, qui travaille selon les principes de l’équitation académique de tradition française, a créé une méthode de relaxation qu’il met au service du dressage de ses chevaux. Cette méthode, initiée au Etas Unis et pratiquée dans divers pays, semble presque inconnue en France.

Cheval Savoir est un journal qui s'est donné pour mission de prévilégier l'information et la connaissance.

Nous avons donc voulu en savoir plus et nous publions une présentation de cette méthode, écrite par le Dr Cindy Reynolds*, de l'université de Washington, qui l'a expérimentée sur ses chevaux et en est actuellement le portefaix Outre-Atlantique. C'est donc très volontiers que nous lui ouvrons nos colonnes.

En parallèle, nous avons demandé à notre conseiller technique, le Dr Vét. Jean Servantie, ostéopathe et enseignant à l'Ecole Nationale Vétérinaire de Nantes, de nous donner son sentiment sur cette méthode.

Laetitia Bataille

 

Il s’agit d’une méthode révolutionnaire constituant un pont entre l’entraînement du cheval et les modifications comportamentales que peuvent apporter les thérapies physiques et le travail corporel.

Cette méthode nous ouvre une porte vers les connexions existantes entre nous-mêmes, le corps du cheval et son mental.

Chacun sait que la relaxation profonde est une composante essentielle pour qu’une performance athlétique soit belle. On sait également que la relaxation peut-être enseignée par le conditionnement.

 


Jean-Pierre Giacomini avec le cheval Istoso.
L'introduction à l'endo-tapping en arrière du garrot : phase d'ignorance

 

Allier performance et relaxation

Dans le domaine de l’équitation et de l’entraînement du cheval, alors qu’il existe de nombreuses techniques et des schémas d’entraînement pour les différentes disciplines, la relaxation et l’harmonie restent un but à poursuivre pour de nombreux équitants.

Le manque de relaxation systématique pose des problèmes aux entraîneurs, aux propriétaires et bien sûr aux chevaux. Ceci est dû à une ignorance des techniques de relaxation modernes et au manque de temps pour mener à bien la plupart des programmes d’entraînement. Bien souvent, le fait d’avoir un cheval souple et relaxé est loin d’être le but prioritaire, et ceci enntraîne des contre-performances, des blessures, des frustrations et des déceptions dans la relation homme/cheval. La tension et l’appréhension que ressentent de nombreux propriétaires et cavaliers bloquent complètement leurs espoirs d’un partenariat “total” avec leur cheval.

Dans l’équitation classique des siècles passés (en tous cas dans les visions idéalisées que nous en avons aujourd’hui) on constate l’association d’une relaxation souple et de la performance. Ceci était sans doute rendu possible par la grande expérience des cavaliers comme des chevaux. Il existait une vaste richesse de traditions, de ressources humaines et animales, et les gens passaient une vie entière à apprendre l’équitation. Les jeunes chevaux étaient manipulés avec une compétence qui les rendait faciles. On avait toute la patience nécessaire (il y avait souvent plusieurs personnes à la fois pour travailler un cheval), même au cours de situations difficiles.

Aujourd’hui, le niveau exigé en compétition est très élevé, et les problèmes que l’on voit dans la relation homme/cheval peuvent ans doute être mis en parallèle avec ceux qui existent dans les familles, la société et le monde.

 


L'endo-tapping sur l'encolure, la longe restant lâche

 

Les méthodes issues de l’équitation western, devenues assez populaires auprès des cavaliers-propriétaires, ont permis de faire prendre conscience de l’importance de la relaxation en dehors de l’équitation classique. Ces méthodes sont surtout prisées par les cavaliers-propriétaires amateurs, en particulier ceux qui ont un niveau équestre plutôt moyen, à qui il manque les connaissances biomécaniques précises nécessaires avec les méthodes plus classiques. Ces dernières sont souvent coûteuses et demandent un important investissement en temps et en énergie.

La technique de l’Endo-TappingTM arrive donc à un moment où le monde du cheval est gravement en manque de relaxation, de souplesse et d’harmonie.

«La méthode peut servir à relaxer le cheval, mais aussi à stimuler sa locomotion au cours du travail à pied ou monté.»

L’Endo-Tapping peut influencer chaque phase de la relation homme/cheval, que la méthode soit utilisée pour la relaxation en elle-même ou pour stimuler des éléments de la locomotion du cheval au cours du travail à pied ou monté. Avec l’Endo-Tapping™, des choses qui pourraient prendre une vie entière d’apprentissage en selle peuvent être mises en place en quelques semaines de travail, par un amateur autant que par un dresseur professionnel. En plus de cultiver la relaxation du cheval, la méthode aide le dresseur à améliorer sa finesse et son tact.

En tant que chercheur en sciences biologiques et cavalière de dressage, ayant depuis trente ans travaillé sur l’élevage des animaux, leur comportement et leur entraînement, ainsi que sur la fonctionnalité corporelle chez l’humain comme chez le cheval, j’ai suivi avec intérêt le developpement de diverses techniques équestres (en premier lieu, l’équitation western). J’ai trouvé dans cette équitation des choses intéressantes et réalisables, d’autres difficiles à justifier avec le cheval que j’utilise, qui est d’un modèle plus grand, avec des problèmes physiques (notamment une fragilité des jarrets). Lors du travail sur de petits cercles je devais faire très attention à la rectitude et au pli.

 

Favoriser l’équilibre général du cheval

J’ai trouvé que le travail associé à l’Endo-Tapping™ offrait une approche simple des mêmes problèmes (posés notamment par l’équitation western) jusqu’aux objectifs les plus difficiles, et me semblant hors d’atteinte, que se fixent les cavaliers et dresseurs de haut niveau.

J’ai passé plusiers mois à travailler cette technique, et j’ai considéré comme possibles les mécanismes par lesquels fonctionne la méthode d’Endo-Tapping™ de Jean-Philippe Giacomini. Et en tant que praticienne, je suis frappée de voir combien elle fonctionne vite.

Je pouvais auparavant utiliser des mouvements de massage classique sur les mêmes muscles et pendant le même laps de temps sans arriver à provoquer la relaxation complète qui se produit si rapidement avec le tapping. Ceci m’a laissé penser qu’il existait une réaction réflexe.

 


L'endo-tapping sur le rein : début de la phase de relaxation

 

Je suis persuadée que le tapping marche par le bais de plusieurs effets concommitants, sur le corps et l’esprit du cheval. Il a des possibliités évidentes liées à la physiologie du muscle et des nerfs, qui font partie d’une compréhension moderne de la cinésiologie et de la biomécanique, et qui peuvent expliquer les effets Endo-Tapping™ sur l’état de relaxation du cheval (et par ricochet, sur son mental et son aptitude à apprendre). Et ce au premier niveau de l’application de la méthode, qui consite à faire le “tapping” en des points spécifiques des muscles impliqués dans la locomotion et l’équilibre. Au deuxième niveau d’application de la méthode, on constate d’autres effets, notamment le réquilibrage des muscles et leur étirement, permettant la véritable incurvation, l’allongement de la foulée, et enfin, l’apparition d’une équilibre général qui permet au cheval de se soutenir de lui-même.

La technique en elle-même peut se décrire comme un “tapotement” (ce que l’on appelle en kinésithérapie, le massage percussif). Ce geste classique est couramment utilisé dans le programmes américains de stimumation musculaire, et également pratiqué en Chine et en Europe pour la relaxation d’un point précis. Ce “tapotement” est interactif dans la mesure où l’intensité du tapotement est adaptée aux réactions comportementales du cheval. Le mécanisme varie donc en fonction des stades de réaction du cheval au tapping proprement dit.

On peut noter trois stades :

1 - la prise de conscience , avec parfois des réactions d’évitement, de la confusion (pouvant nécessiter l’intervention d’un aide) de la résistance ;
2 - l’indifférence (le cheval s’immobilise, s’attend à d’autres tapotements ) ;
3 - la détente. C’est le stade qui nous intéresse en tant que témoins des mécanismes physiologiques.

L’efficacité du traitement par “tapotement”, et tout particulièrement une fois que la réaction a été conditionnée, est frappante. Les techniques de massages ordinaires telles que l’effleurage, la compression, la friction, la pression directe, demandent davantage de temps, et sont efficaces sur de plus petites surfaces. L’Endo-Tapping™, sans doute du fait de la pénétration de la vibration dans les tissus voisins, intégrant ainsi des effets sur le système nerveux, entraîne une relaxation générale. Et ce probabelment par le biais d’une sécrétion d’endophines.

 


L'endo-tapping sur la croupe : le cheval est dans une phase de ralaxation plus profonde.
Notez la longe passée volontairement entre les antérieurs, constituant un contact apaisant.

 

« Chez le même cheval, chaque partie du corps a une sensiblité différente, en fonction de la tension accumulée et de sa mémoire corporelle »

Durant la période d’ignorance et de stimulation, le protocole Endo-Tapping™ exige d’augmenter la force du tapotement, parfois jusqu’à un point de grande fermeté, de manière à en assurer les effets. Les seuils de réactivité et d’adaptation varient énormément d’un cheval à l’autre. Et chez le même cheval, chaque partie du corps a une sensiblité différente, en fonction de la tension accumulée, de la “mémoire corporelle”, et du passé physique de l’animal. Les traumatismes anciens, les séquelles émotionnelles dûes à certaines techniques de dressage ou à l’emploi d’enrènements, ainsi que la mémoire posturale contribuent, selon toute vraisemblance, à la réponse obtenue sur chaque région traitée par tapotement.

 

Une méthode à plusieurs niveaux

Le premier niveau d’application de la méthode consiste simplement à relaxer les muscles, et par la même occasion, le mental.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Au sein du muscle lui-même, il existe deux éléments anatomiques pouvant avoir un effet relaxant. Les premiers sont les fuseaux musculaires ; il s’agit de cellules spécialisées hybrides entre nerf et muscle. Ces fuseaux sont éparpillés dans le muscle, et ont la propriété de s’étirer lorsque le muscle s’étire. Lorsque le muscle est étiré très bruquement et au délà des limites neurologiques programmées par le corps, les fuseaux musculaires donnent l’ordre au système nerveux central de contracter brusquement le muscle, ce qui évite la déchirure du muscle.

Dans la thérapie humaine, les fuseaux musculaires peuvent être manipulés manuellement, en les obligeant à se contracter, ce qui raccourcit les cellules en tension communiquant avec le système nerveux. Ceci a pour résultat de faire se relaxer le muscle, quelle que soit la tension qui s’est développée du fait d’une tension préalable traumatique du fuseau.

La localisation exacte de tous les fuseaux musculaires est l’objet de nombreuses recherches. Des relevés ont été faits pour permettre des manipulations spécifiques utiles. Il est très probable que les fuseaux musculaires chez le cheval sont homologues, et il sera alors possible de clarifier le rôle de ces cellules dans le tapotement sur le cheval.

Comment l’Endo-Tapping™ peut il provoquer la relaxation par son action sur les fuseaux musclaires ? La force mécanique du tapotement se transmet à travers les tissus proches du point de tapotement, ce qui rend plausible le fait que ces fuseaux musculaires étant orientés selon un schéma radial, on assiterait à une réduction de la tension des fibres nerveuses, qui enverraient un message au système nerveux central.

 


Introduction de la badine (endo-stick) sur le ventre ;
phase de résistance : le cheval regarde ce qui le "dérange"

 

Le deuxième élément anatomique du muscle est constitué par la jonction du muscle avec le tendon (ce dernier fixant le muscle à l’os dans le but de créer le mouvement). Cet élément est appelé récepteur tendineux de Golgi, et son but est l’inverse de celui des fuseaux musculaires : lorsque les fibres nerveuses intrinsèques subissent un étirement soudain, la communication avec le système nerveux central provoque la relaxation du muscle. Le but de cette programation des nerfs est d’éviter que le muscle lui-même se libère du tendon lors de la traction, ce qui endommagerait la jonction musculo-tendineuse.

Dans son action sur l’élément anatomique, l’Endo-Tapping™ apporte sans doute l’effet d’étirement brusque des récepteurs tendineux de Golgi, nécessaire à la relaxation du muscle concerné et de cette jonction muculo-tendineuse. Et c’est probablement la soudaineté de cette réaction provoquée par le tapping qui est efficace, ne laissant pas de temps pour une résistance ou un renforcement comme c’est souvent le cas au cours d’une séance de manipulation manuelle ou lors de l’entraînement.

En plus de l’hypothèse évidente des deux mécanismes physiologiques de relaxation locale, il y a, comme je l’ai dit, l’apparition d’une sécrétion d’endorphines pendant la séance. Il serait très intéressant de mesurer les taux sanguins d’endorphines, ainsi que le rythme cardiaque et autres indicateurs de ralaxation en cours d’application du “tapotement”.

 

Comment reconnaître la vraie détente ?

Comment reconnaître cet état de pleine détente qui apparaît chez le cheval après une séance de tapotement ?

Ce que nous constatons, ce sont divers signes de relaxation : expiration complète (soupir) expression adoucie et calmée (visible notamment sur les petits muscles du contour des yeux, des naseaux, des Oreilles…) mastication et salivation, abaissement de la tête. Ce que nous ressentons manuellement au même moment est surtout une décontraction des muscles associés aux signes extérieurs que nous venons de citer. Les effets locaux relayés par les éléments anatomiques du muscle ne sont qu’une partie de l’effet global. Il est clair que le cerveau répond à un effet systémique également.

 


L'endo-tapping sur le ventre ; phase de relaxation : le cheval engage ses postérieurs
« Le cheval est programmé pour le jeu, qui est une performance réalisée dans la relaxation… »

 

Il est possible aussi que, lors du tapotement, la présence physique humaine rapprochée et le contact répété aient une “signification” pour un cheval sur lequel nous n’avons que des suppostions. A travers les âges, l’évolution a “programmé” le cheval pour la fuite, mais aussi pour le repos et la relaxation, ainsi que pour le jeu, qui est une performance réalisée dans la relaxation –ce qui correspond précisément au but que nous recherchons dans l’entraînement. Tout ce qui se passe pour le cheval dans son environnement naturel entre dans l’un de ces schémas. Le cheval est informé par ses congénères du troupeau. D’une certaines façon, les effets du “tapping” peuvent aboutir à une sensation de sécurité au niveau du système limbique.

 


Trois stades de la phase énergique : le cheval marche vers la droite, légèrement sur les épaules,
et de ce fait, baissant la tête en s'encapuchonnant

 

Ces observations amènent plusieurs questions. Comment la relaxation peut-elle être quantifiée ? Par le rythme cardiaque ? Par la vaso-dilatation, ou la dilatation de la pupille ? Par une perturbation du tonus sympathique, mesurable par les modifications de conductivité cutanée ? Le rôle des fuseaux musculaires et celui des récepteurs de Golgi peuvent-ils être démontrés ?

Des études neuro-physiologiques posent des questions sur la fonction et les localisations anatomiques de ces stuctures chez les animaux. La sécrétion d’endorphines, ou d’un autre neuro-peptide, peut-elle être démontrée ? Il est probable que si elle se produit, elle pourra être mise en évidence…

Quels sont les différentes utilités de cette méthode du “tapping” ? Calmer ? Favoriser la cicatrisation ? Prévenir et traiter les coliques ? Il existe des exemples anecdotiques dans tous ces cas. Tout ceci reste à explorer, à mieux comprendre, à affiner. Et à rendre accessible pour le bien de nos chevaux.

 


Les mêmes stades de la phase d'énergie : le cheval marche piste à main gauche, l'endo-tapping est pratiqué de façon constante.

 

*Cyndy Reynolds, Ph.D., Docteur en Biologie, chercheur en biochimie au Howard Hughes Institute of Medicine, Université de Washington. Masseur kinésithérapeute diplômée pour humain et animaux L.M.P., L.A.M.P., S.A.M.P. Cavalière de dressage

Après plusieurs dizaines d’années passées à la recherche biologique, elle étudie et enseigne depuis plus de dix ans chez l’animal la physiologie du mouvement et du sport, la biomécanique, le comportement, le dressage et le re-dressage.

Chez les petits animaux et chez les grands, notamment le cheval, elle travaille sur la relation à l’humain, dans le but de résoudre les problèmes. Elle cherche à prouver que le bien-être est compatible avec la performance.

 


Le cheval dans la phase de relaxation, sur une barre au sol

 

L’avis du Dr J. Servantie**

Une méthode entre digito-puncture et ostéopathie

Cette technique utilise les mêmes voies (métamère, segment médullaire, récepteurs neuromusculaires, système nerveux sympathique... ) que l'acupuncture ou l'ostéopathie.

Cette méthode d'endotapping me semble être un mélange de digito-puncture, de massage transverse, de massage des trigger points et d'approche éthologique, méthodes décrites et bien codifiées par ailleurs.

Toute méthode destinée à décontracter le cheval ne peut que susciter un intérêt, et à ce titre mérite d'être étudiée et appliquée si elle s'avère efficace. Il semble qu'il manque encore aux auteurs des explications sur le mode de fonctionnement de leur technique. J'invite les lecteurs à se rapprocher du livre de Korr, véritable bible de neuro-physiologie, expliquant très clairement le mode de fonctionnement de l'ostéopathie et de l'acupuncture.

Des études plus approfondies méritent certainement d'être menées par les auteurs de la méthode d'endotapping. Les effets obtenus semblent en effet encourageants.

**Le Dr Jean Servantie est vétérinaire ostéopathe et acupuncteur, enseignant en ostéopathie Equine aux cours post-universitaires d'ostéopathie vétérinaire organisé par l'Ecole Vétérinaire de Nantes.

Livre intéressant :
Bases physiologiques de l’Ostéopathie.
Par le Pr. Irvin M. Korr.
Editions Frison-Roche.